Wong Phui Nam

Wong Phui Nam

Wong Phui Nam, né en 1935 à Kuala Lumpur, est un poète malaisien d’origine chinoise. D’expression anglaise, il a activement participé à The New Cauldron (1949-1960), le premier magazine littéraire créé par les étudiants de l’Université de Malaya, à Singapour. Régulièrement publié au cours des années 1960, puis discret au cours des deux décennies suivantes, il a ensuite publié plusieurs recueils, dont Ways of Exile, ainsi qu’une pièce de théâtre : Anike, une version malaisienne d’Antigone. Un de ses poèmes – « Mots pour une épiphanie » – a été traduit et publié dans le numéro 2 de la revue littéraire Jentayu.

Quelques-uns de ses ouvrages :

  • How the hills are distant (Tenggara, Kuala Lumpur, 1968)
  • Remembering Grandma and Other Poems (1989)
  • Ways of exile (Skoob, Londres, 1993)
  • Against the Wilderness (2000)
  • An Acre of Day’s Glass (2006)
  • The Hidden Papyrus of Hen-taui (Ethos Books, Singapour, 2012).

Traduit en français :

  • « Mots pour une épiphanie », extrait de How the hills are distant (Jentayu, 2015, traduit de l’anglais par Jérôme Bouchaud).

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s