Selamat datang di Lettres de Malaisie !

Bienvenue sur notre blog consacré aux Lettres de Malaisie, quelles qu’elles soient : les belles y côtoieront les plus simples ; les longues, les plus brèves ; les déjà célèbres, les plus anonymes… Sans oublier, pour être complet, celles de source malaise comme celles de sources chinoise, tamoule ou anglophone.

En 1898 paraît à La Revue Blanche un drôle d’ouvrage, signé du romancier et critique d’art français Paul Adam et baptisé justement Lettres de Malaisie. Une utopie de fin de siècle, bâtie sur plusieurs registres : l’exotisme d’une part (l’action se déroule sur une île de l’archipel malais), le réformisme social hérité de la tradition utopique du 19ème siècle d’autre part, et même un avant-goût de science-fiction. Dans ces pages, l’auteur nous fait part du programme qu’il voit se dessiner pour la société dans un avenir proche : pratiques eugéniques, ritualisme sexuel, religion d’harmonie universelle, absence de monnaie… et même disparition de l’écriture !

De tout cela, il ne sera point question sur ce blog — et surtout pas de disparition de l’écriture ! — mais nous aborderons le sujet de la littérature en Malaisie, dans son ensemble et sous toutes ses formes. Depuis les Annales Malaises datées du 17ème siècle, de nombreux récits ont atteint nos rivages en provenance de l’archipel malais. Une multitude encore plus grande nous est restée totalement inconnue, inaccessible en raison d’absence de traduction, de relais, d’intérêt aussi peut-être. Si, entre la moitié du 19ème siècle et la moitié du 20ème, une école pionnière de malayologie a bien existé en France — avec Pierre Favre, Édouard Dulaurier et Aristide Marre comme trinité tutélaire —, il s’agit là d’une époque antérieure et révolue, consacrée principalement à la traduction de textes historiques fondateurs.

En ce début de troisième millénaire, les œuvres contemporaines provenant de Malaisie et traduites en français peinent à se faire une place au soleil de nos rayonnages. Un chiffre qui parle de lui-même : sur les trois dernières décennies, seuls douze romans en malais ont été traduits vers le français… dont deux seulement depuis l’aube des années 2000. Voilà qui est bien peu pour nous faire connaître le pays dans son présent, son passé récent (les « années Mahathir ») et l’avenir qu’il se dessine. Les traductions d’écrits d’auteurs malaisiens anglophones nous parviennent bien, à l’image des romans de Rani Manicka, Tash Aw ou Preeta Samarasan. Sans doute ceux-ci constitueront-ils — par facilité ? — le noyau d’avenir de la traduction d’œuvres malaisiennes vers le français, aux dépens des récits en malais.

D’autres formes de littérature ont connu et continuent de connaître une certaine exposition en France, à l’image de la poésie, et notamment du pantoun (transformé en pantoum sous nos latitudes), objet de plusieurs essais et recueils de traduction et dont Georges Voisset et François-René Daillie se sont faits des spécialistes. Une belle occasion donnée aux lecteurs francophones de goûter aux saveurs poétiques de l’archipel malais, mais encore bien limitée en comparaison des ouvrages relatifs, par exemple, aux haïkus japonais… N’oublions pas enfin, en périphérie, toutes les œuvres d’écrivains voyageurs ou expatriés, à l’image du Prix Goncourt 1930 (et fin connaisseur de l’art du pantoun) Henri Fauconnier et de Pierre Boulle, mais aussi d’Anthony Burgess, Joseph ConradStefan Zweig, William Somerset Maugham ou, plus récemment, Robert Raymer.

Pour conclure, nous vous redirigeons vers la précieuse liste des livres ayant trait à la Malaisie établie par Serge Jardin, résident de longue date en cette « contrée d’Entre-mondes » (selon la belle formule de Georges Voisset). Bien qu’incomplète, elle recense tout de même la grande majorité des ouvrages aujourd’hui disponibles. Quant à notre blog, avec toute l’humilité qui se doit d’en caractériser la création, nous espérons qu’il saura trouver ses lecteurs et pourra servir de passerelle vers un vaste archipel de lecture, jusque-là encore peu exploré. Peut-être même suscitera-t-il des envies de découverte, de voyage littéraire et d’aventure linguistique… C’est là tout le mal que nous nous souhaitons au lancement de ces Lettres de Malaisie, et c’est avec plaisir que nous recevrons vos commentaires et éventuelles propositions de contribution.

Jumpa lagi ! À bientôt !

4 réponses à “Selamat datang di Lettres de Malaisie !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s