L’envol de Jentayu

Les Éditions Jentayu et leur revue éponyme se consacrent principalement à la mise en valeur d’écrivains et de formes littéraires venus d’Asie et encore méconnus sous nos latitudes. À leur échelle, elles souhaitent aller à contre-courant de l’équilibre en faveur des géants de l’Asie (Chine, Inde, Japon et, à moindre échelle, Corée du Sud) pour présenter au grand public d’autres histoires, des modes de pensée, d’agir, de créer encore différents et des textes qu’il n’aurait sans doute pu lire nulle part ailleurs, ou alors difficilement. Dans cette optique, les Éditions Jentayu sont ravies de s’associer à Lettres de Malaisie et Lettres de Taïwan, deux sites eux aussi attachés à la juste représentation de la diversité littéraire de l’Asie.

Avec le premier numéro de la revue Jentayu, c’est une nouvelle fenêtre sur l’Asie littéraire qui s’entrouvre…

Quinze auteurs d’une dizaine de pays différents, treize traducteurs, un photographe et un artiste illustrateur vous invitent à un voyage dans des contrées où les lecteurs francophones n’ont encore que trop rarement l’occasion de se laisser porter. Thème de ce premier numéro : Jeunesse et Identité(s), car l’Asie est un continent jeune – rassemblant près de 60 % des 15-24 ans du monde entier – et aux identités multiples, morcelées, certes voisines mais bien distinctes – des distinctions que l’occidentalisation (ou, par endroits, la sinisation) des mœurs tend à estomper. Quinze auteurs, un photographe et un artiste illustrateur qui tous nous donnent un aperçu de la réalité vécue par ces jeunes générations d’Asie, de leurs rêves et aspirations, de leurs déceptions et déconvenues aussi, qu’elles habitent dans leur pays natal ou loin de chez elles. D’autres voyages en ces contrées d’Asie suivront pour nos lecteurs, d’autres thèmes aussi…

La revue Jentayu se présente sous la forme de deux supports complémentaires : le format papier, pour les textes littéraires en traduction, leurs illustrations et le carnet photographique ; le site internet, pour des entretiens, des notes de lectures, des extraits et, à terme, d’autres modes de mise en valeur des textes traduits (audio, vidéo…). Les lecteurs sont invités à naviguer d’un support à l’autre, tout comme ils sont invités, dans ce premier numéro, à déambuler entre la Mongolie, la Thaïlande, la Malaisie, Singapour, le Tibet, Taïwan, l’Indonésie, le Vietnam, le Cambodge et Timor-Leste… Certains auteurs seront déjà connus des amateurs de littérature asiatique, à l’image de Wu Ming-yi et Luís Cardoso, d’autres ont déjà une longue carrière d’écrivain derrière eux, comme Sridaoruang ou G. Mend-Ooyo. Certains sont des plumes aguerries mais reconnues avant tout dans leur pays, comme Azhari ou Phan Viêt, d’autres se lancent tout juste en écriture, avec talent et mordant, à l’image de Shivani Sivagurunathan et Khennam Langthao. Tous ont la particularité d’avoir été peu ou pas du tout traduits en français, et la revue Jentayu entend devenir un espace privilégié pour la découverte de ces nouvelles voix d’Asie.

À celles et ceux qui se demanderaient : « pourquoi Jentayu ? », voici quelques pistes… Jentayu, aussi connu sous le nom de Jatāyu, est en fait le nom d’un oiseau mythique issu de la célèbre épopée hindoue du Rāmāyaṇa. Jeune, Jentayu fut intrépide au point de voler dangereusement près du Soleil, un peu comme l’Icare de la mythologie grecque, mais son frère Sampāti l’en détourna finalement de justesse. Dans sa vieillesse, il partit affronter le démon Rāvaṇa, roi de Lankā et ennemi juré du héros Rāma, dont il avait fait prisonnière la belle épouse Sītā. Au terme d’un vaillant combat, Jentayu perdit finalement la vie mais Rāma lui accorda le mokṣa, c’est-à-dire la libération finale de son âme du cycle des renaissances, lesaṃsāra. Peu de récits auront autant voyagé à travers l’Asie que le Rāmāyaṇa, et les oiseaux mythiques sont communs à beaucoup de ces cultures, du Simurgh de Perse au fenghuang chinois, sans oublier le Garuḍa des mythologies hindouiste et bouddhiste…

Voilà donc pour la petite histoire. Le temps est maintenant venu pour la revue de prendre son envol : prenez place sur les ailes de Jentayu ! Ensemble, franchissons la fenêtre entrouverte pour nous rapprocher du Soleil – mais sans nous brûler les ailes – et bravons les démons de l’uniformité et des préjugés pour éprouver la beauté des histoires de ce si divers continent asiatique !

Dossier de presse de la revue Jentayu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s